Lorsque le vin de bordeaux inspirait les faiseurs de soda.

Coca-Cola… Après « Ok », c’est le mot le plus entendu dans tout le système solaire ; c’est surtout la singulière aventure d’un vin de bordeaux qui a mal tourné… ou presque.

Le mois précédent, nous parlions de la prohibition. C’est bien cette célèbre interdiction étasunienne d’importer, vendre, acheter et, in fine, boire de l’alcool qui a été à l’origine du plus célèbre des sodas. Osons le dire tout haut : avant de devenir le vocable tétrasyllabique fameux,  Coca-Cola était un vin de bordeaux avec une sérieuse dose de cocaïne. Et lorsque l’on décréta, au pays des pères fondateurs, l’interdiction de boire de l’alcool, on s’autorisa, dans un miracle à l’envers, à changer le vin en eau sucrée, tout en conservant un fort taux d’une substance qui fait aussi tâche qu’un gros rouge de pinard mauvais.

En associant un grand cru de bordeaux, Mariani, certes Corse mais bon français avant tout, aura l’intuition géniale de créer une boisson doublement récréative : on peut être bourré et stone à la fois.

Le Français im-bu de lui-même

Reprenons d’abord depuis les débuts. L’inventeur du vin de bordeaux à la coca, ancêtre de l’illustre breuvage nord-américain, était Corse. Angelo Mariani, préparateur en pharmacie, fabrique un « remontant » qui redonne de la vigueur aux corps fatigués et aux âmes en peine. Mais la mixture est amère, imbuvable en l’état. Il cherche, pour son remède, l’excipient savoureux qui saura ravir les foules. En associant un grand cru de bordeaux, Mariani, certes Corse mais bon français avant tout, aura l’intuition géniale de créer une boisson doublement récréative : on peut être bourré et stone à la fois. Le vin Mariani connaîtra dès la fin du 19e siècle un succès planétaire : Jules Verne, Alexandre Dumas, Émile Zola, Thomas Edison, les frères Lumière, plusieurs Présidents américains, une flopée de reines et de rois ainsi que trois Papes avoueront et vanteront les bienfaits de la liqueur qui contient autant de cocaïne qu’un bon snif de golden trader.

Mais Mariani est un chercheur créateur, pas un commerçant. Si toute la publicité de son vin encocaïné repose sur les grandes personnalités, le bon peuple, qui ne sait pas boire, est totalement oublié : le vin Mariani est relativement cher et n’est pas à la portée de la bourse du premier poivrot.

le Général Grant, qui n’a pas encore l’âme protectionniste d’un Donald Trump lequel préférerait défendre une préparation d’œufs au bacon en poudre à une vraie omelette au lard de paysan auvergnat uniquement parce que la mixture lyophilisée infâme est fabriquée par trois rednecks consanguins dégénérés et pédophiles des montagnes du Midwest.

Le faussaire américain (et un peu charlatan)

Alors que le célèbre vin Mariani tente de s’écouler sur le vaste marché américain, John Pemberton, mi pharmacien, mi vendeur d’élixir-miracle, met au point un copié-collé du « Coke français » en l’appelant « French Wine Coca ». Cette réplique un peu grossière du vin franco-corse souhaite conquérir l’étal des boissons de luxe. Le vin Mariani bénéficie malheureusement d’une trop grande notoriété et même de la bénédiction d’un grand héros de la guerre de sécession devenu président, le Général Grant, qui n’a pas encore l’âme protectionniste d’un Donald Trump lequel préférerait défendre une préparation d’œufs au bacon en poudre à une vraie omelette au lard de paysan auvergnat uniquement parce que la mixture lyophilisée infâme est fabriquée par trois rednecks consanguins dégénérés et pédophiles des montagnes du Midwest.

Ensuite, si Thomas Edison lui-même se shoote au vin Mariani pour éclairer son bel esprit et calmer ses vieilles blessures de la guerre civile, les Américains, qui ne savent pas boire, sirotent toujours autant du whisky, produit bien anglo-saxon : ces grenouilles de Français ne vont tout de même pas leur donner des leçons de beuverie. Pemberton, lassé d’émuler un vin français à la coke et accro lui-même à la cocaïne en bouteille vendra toutes ses parts à ses collègues en prenant le chemin des « toxicos anonymes » tout en gobelotant en douce, derrière le comptoir de sa pharmacie, le vin Mariani qui avait bien meilleur goût que la piquette du « French Wine Coca ». Les bons amis et associés du pharmacien restés avec un stock inutile et risquant, eux-aussi, de devenir junkies, ne connaîtront la gloire intergalactique que quelques décennies plus tard grâce à la prohibition de 1919

La copie du vin Mariani, jadis ersatz de vin de bordeaux coupé à la coke, devient une limonade avec une bonne dose de cocaïne ; le produit coûte moins cher et les poivrots deviennent des junkies sans trop souffrir de la prohibition qui durera jusqu’en 1933, date où monsieur Hitler, sobre comme un pou mort, interdira dans son pays presque tout ce qui ne venait pas de Germanie, sauf la vente du Fanta, invention purement allemande mais breuvage produit dans les usines de la The Coca-Cola Company Gmbh.

Les vrais commerçants

Cette interdiction providentielle boutera hors des Etats-Unis toutes formes d’alcool, le vin Mariani y compris. Les associés de Pemberton, bons commerçants avant tout, s’occuperont de l’affaire du vin français à la coca de manière plus professionnelle : il y a parmi eux un comptable qui a déjà compris le pouvoir de la pub et le secret hypnotique d’une forte identité visuelle. Le « French Wine Coca » en 1919 subit la transformation de la « cirrhose inverse » : son vin est donc changé en eau sucré. La copie du vin Mariani, jadis ersatz de vin de bordeaux coupé à la coke, devient une limonade avec une bonne dose de cocaïne ; le produit coûte moins cher et les poivrots deviennent des junkies sans trop souffrir de la prohibition qui durera jusqu’en 1933, date où monsieur Hitler, sobre comme un pou mort, interdira dans son pays presque tout ce qui ne venait pas de Germanie, sauf la vente du Fanta, invention purement allemande mais breuvage produit dans les usines de la The Coca-Cola Company Gmbh. Lorsque le führer se suicide en 1945, les rumeurs racontent qu’il suggéra à son électricien de changer une ampoule du bunker en utilisant deux rangées de bouteilles du coca-like en guise d’escabelle… Petit intermède hors sujet mais qui servira à dire que dès que l’on commencera à s’interroger sur les effets malfaisants de la cocaïne, le vin Mariani tombera dans l’oubli et les associés d’Atlanta vireront vite-fait la teneur « énergisante » de leur sirop par une formule qu’il déclareront secrète, comme ça, juste pour ajouter une aura de mystère à un produit qui inondera la planète tout entière. On dessinera un joli logotype et l’on façonnera une belle petite bouteille en verre afin de la vendre ailleurs qu’à la fontaine des vendeurs de limonade d’Atlanta. Le reste appartient au patrimoine de la culture populaire et universelle, nul ne saurait aujourd’hui le nier.

On peut dire que Coca-Cola est né officiellement le jour de la grande prohibition. Mais cette date ne colle pas avec les hagiographes du soda le plus bu dans le monde qui ont fait de ce roman une histoire aussi impénétrable que le fameux « seven X » jusqu’à nier que « Coca-Cola », comprenez la version soda du « French Wine Coca », n’a jamais contenu une seule goutte de coke. Si l’on peut affirmer sans tomber dans une espèce de chauvinerie démentielle que le premier pas sur la lune a été inspiré par Jules Verne, n’oublions jamais que le premier « Coca » fut une invention bien française même si, dans 1000 ans ou moins, la Corse devenait italienne, sarde, mauresque, bretonne ou… corse.

Powered by

Articles similaires

La revue américaine « Wine Searcher » dresse la liste des 10 meilleurs bordeaux de l’année. Le rédacteur reconnaît cependant qu’il serait réducteur, alors que monde du vin est riche en diversité, de ne se pencher que sur cette qualité de...
Déjà présent en Californie depuis plus d'une décennie, le vin au cannabis combine le potentiel aromatique du vin avec les effets relaxants du cannabidiol qui, contrairement au tetrahydrocannabinol ou "THC", est une molécule du fameux Chanvre cultivé autorisée en...
Les Anglais et le sud de la France… une histoire d’amour qui ne date pas d’hier. Que serait Nice sans sa « promenade des Anglais » ? Afin de vitaliser l’une des plus grandes régions viticoles au monde, les organisateurs du « Printemps...
Vivino, la startup qui a inventé le premier réseau social du secteur du vin, vient d’annoncer son top 30 des meilleurs vins mondiaux… Et les premiers ne sont pas les plus chers ! A la tête de ce classement, on...
Les douze bouteilles des grands crus de bordeaux qui avait séjourné plus d'une année dans l'espace ont finalement été testées. On peut déjà affirmer que le vin a survécu au "voyage" et qu'il a surtout vieilli plus vite que...

Partagez cet article

Posts récents

Israël : il y a 2600 ans, du vin à la vanille

0
C'est une découverte qui vient bousculer d'anciennes certitudes. Des résidus de vanille, une épice considérée comme inconnue jusqu'alors dans l'antiquité, aurait été trouvée dans des jarres à vin datant de 2600 années. Un vin...

Lactosérum : de la crèmerie à la distillerie

0
Dans le secteur des produits laitiers, le lactosérum (sous produit liquide après traitement du lait) peut devenir un problème économique de taille, notamment pour le recycler. Dans les productions à grande échelle, la transformation...

Articles populaires

28 dollars, prix d’une bière dans un aéroport new-yorkais

0
C'est la mousse de trop... A l'aéroport de LaGuardia, état de New-York, un voyageur en transit publie son ticket de caisse sur les réseaux...

Un pub sans bière, c’est comme Londres sans Big-Ben

0
Un conflit social pourrait engendrer une pénurie de bière au Royaume-Uni. La grève des chauffeurs de la principale entreprise de livraison menace en effet...

Pour l’amour du risque et le bon goût du vin

0
Sachant qu’un vin n’est pas un produit destiné à être vieilli et que les processus chimiques liés au vieillissement du vin peuvent tout aussi...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Recent comments