La vigne au féminin

Les stéréotypes, c’est un peu le marqueur ADN de notre idiotie humaine. Depuis que l’homme a eu le courage de tenir tête à sa déesse mère, la grande chamane-prêtresse, en la menaçant d’aller lui planter sa lance pointue autre part que sur le thorax d’un pauvre mammouth proche de l’extinction. En se libérant de cette étreinte maternelle, le bellâtre des temps anciens a rapidement compris qu’il pouvait gérer à présent le monde à sa façon, une fois sorti de sa grotte sans en demander la permission. Après plusieurs millénaires de pathétiques constations faites de massacres de masse, injustice clinique, corruption intergalactique, prédation pédophilique, irresponsabilité politique et même les viols en réunion : reconnaissons-le une bonne fois pour toutes, l’homme, au sens testiculaire de la chose, n’a pas les capacités morales de gérer cette planète qui, tôt ou tard, nous enverra bien un de ses météores exterminateurs pour enfin solder les comptes.

Avant d’aller jeter nous-mêmes la pierre sur la grande pécheresse, celle qui a conduit forcément par ses murmures lascifs l’homme à manger le fruit défendu, accordons-nous la fantaisie, dans une sorte d’uchronie improbable et en inversant totalement les rôles, de voir notre double féminin diriger la planète machin depuis le commencement et imaginer ce monde « 100 % free taurine », peut-être plus humain, aimable, buvable avec certes quelques crêpages de chignons historiques, mais relativement plus doux et, pour régler les différends, sans jusqu’à planter la baïonnette autre part que dans le bide d’une bête sauvage menaçant la ribambelle de gamins jouant à la guerre des boutons ou être obligé de supporter les interminables concours d’exhibition phallique qui détermineront scientifiquement, après trois génocides et deux gazages de masse, qui a l’organe génital le plus grand.

Cette idée d’un retour total au sein maternel sera politiquement possible, dans 1000 ans peut-être, mais ce jour-là… la femme sera-t-elle encore « femme » ? ou aura-t-elle ressemblé au chromosome près à l’homo-force, homo-erectilus, homo-tête à claques, le crâne aussi rond et plein qu’une terre plate, les biceps bouffis aux hormones de coq et le poil ras, épars sur un torse plaque de béton charnue à force d’être obligé de singer son double génétique pour enfin mériter sa place dans ce monde totalement « pour nous, les hommes »

Après avoir saccagé sa planète, trucidé l’ensemble des animaux et préféré les plantes en plastiques parce que les vraies attirent les abeilles et les guêpes, il n’y aurait pas pire pour l’espèce humaine de ne pouvoir contempler, avant l’apocalypse des jours derniers, qu’un double du big-jim aussi cynique, imbécile et meurtrier avec, en prime, un entrejambe en latex mi-mou et une fausse voix imitatrice de mâle en rut.

https://womendowine.com/

https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_femmes-et-alcool-une-longue-histoire-de-stereotypes?id=10514338

Powered by

Article précédentLe Don du vin
Article suivantLe monde machine

Articles similaires

La renommée (et le sérieux) du géant numérique n’est plus à démontrer. Acheter sur Amazon a sûrement tué le petit commerce de quartier, mais cette référence mondiale des achats par internet en a revitalisé des dizaines d’autres en leur...
La compagnie aérienne dubaïote s’est lancée depuis plusieurs années déjà dans une stratégie dynamique d’investissements à long terme d’une valeur d’un demi-milliard de dollars dans le marché viticole. En effet, outre l’excellence de ses crus, la plupart de ces...
S’il faut se préparer à la rareté (et à la cherté) autant le faire à travers le contenu numérique de My Vitibox au risque de vous donner envie de boire de l’eau (ou de faire le casse d’une banque...
Une saison des fêtes gâchée par les déclarations toujours grandiloquentes et ubuesques du locataire actuel de la Maison Blanche et pour le grand malheur, comme toujours, de tout le monde : producteurs français et importateurs américains. Cette « nouvelle prohibition » sur certains...
Malgré une concurrence internationale de plus en plus rude sur le marché du vin, les producteurs français tiennent toujours le haut du podium. https://www.wine-searcher.com/m/2019/02/france-maintains-its-wine-crown

Partagez cet article

Posts récents

Des diplomates « épiciers » expulsés d’Afrique du Sud

0
Ce n'est pas moins de 17 diplomates (du Lesotho et du Malawi) qui sont désormais "persona non grata" en Afrique du Sud pour vente illégale d'alcool. Ces derniers ont abusé de leurs privilèges (achat...

Vin : la taxe « Trump » suspendue durant 5 ans

0
C'est la fin, pour 5 années, du cauchemar de la production viticole française. La clientèle nord-américaine n'était en rien négligeable pour le vin et les spiritueux français et cette taxe avait fait trembler toute...

Histoire du café : quand la boisson était « maudite »

0
D'abord bue par les bergers des hauts plateaux éthiopiens, la boisson planétaire a connu une histoire plutôt mouvementée. Considéré à un certain moment de l'histoire comme un breuvage "satanique" par l'islam et la chrétienté,...

Articles populaires

Cadeaux de Noël en vin

0
Le « Figaro Vin » propose une liste de 10 meilleurs cadeaux pour les amateurs de vin. Entre choix de grand cru et tout un lot...

Injection de thé hallucinogène : non, ce n’est pas un médicament

0
Après une lecture savante sur internet expliquant une possibilité de traitement par les champignons hallucinogènes, un homme, en souhaitant traiter ses troubles bipolaires, a...

Abydos : une brasserie à l’ancienne

0
Abydos, en Égypte, les archéologues ont mis à jour ce qui semblerait être la plus ancienne "brasserie" jamais découverte. La bière, que les Romains...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Recent comments