Le vin de la fin

Si le vin français est toujours considéré comme l’un des meilleurs au monde, c’est principalement grâce à l’étranger qui en perpétue toute la sainte liturgie œnologique. On raconte que les Chiliens, les Sud-Africains, les Australiens, les Californiens et même les Chinois et bientôt les Suédois fabriquent un vin d’aussi bonne (voire parfois — selon l’avis de certains — de bien meilleure) qualité.

C’est que le vin français est lourdement chargé d’une longue et riche identité culturelle difficile à transcender. On ne verra jamais, sauf dans un nanar fauché, un acteur hollywoodien se verser un verre de gros rouge qui tache, voire siroter une canette de bière lorsque le casting lui demande de passer pour une personne raffinée. Un gros plan d’une bouteille et son étiquette flanquée de belles lettres « classic script » au nom rappelant un titre de noblesse française, la silhouette au fusain d’un château même en ruine suffiront à annoncer le prestige et la grande classe du propriétaire gourmet et toujours cultivé, parfois également criminel et cannibale. Que cette symbolique soit perpétuée durant quelques années encore par des consommateurs aux quatre bouts du monde est une bonne chose. N’attendons rien des propriétaires légitimes des lieux, ils sont trop occupés à singer les autres, casquettes de Baseball vissées sur le chef et un demi canette alu dans la main. Le consommateur français, en snobant la boisson qui perpétue ses titres de noblesse perdus, scie l’une des dernières branches encore saines où s’est nichée l’exception culturelle française

D’ici à ce qu’Halloween ait remplacé Carnaval, on aura le temps de se préparer des déguisements plus vrais que nature avant de jouer les pendus… Et n’allons pas invoquer quelque malédiction envers les Anglo-Saxons : ils n’ont jamais souhaité contempler la tour Eiffel ou piétiner le long pavé des champs élyséens et se coltiner la vue affreuse de beaufs canada-dry, qui ressemblent à des redneck de près, mais qui baragouinent l’anglais plus mal que de vrais Mexicains : Las Vegas possède déjà tout cela ; et certaines machines à plumer les touristes n’ont pas juste la vocation de vous délester de généreux pourboires, elles peuvent parfois vous rendre la monnaie avec une générosité plus franche que le faux sourire en biais d’un serveur parisien.

https://www.vitisphere.com/actualite-91712-Les-Francais-nont-jamais-aussi-peu-bu-de-vin.htm

https://www.bbc.com/news/magazine-21929287

https://www.winespectator.com/articles/young-france-isnt-drinking-wine-4162

https://www.thelocal.fr/20190214/french-drink-less-and-less-wine-as-americans-consume-more

Powered by

Article précédentL’alcool de la mort
Article suivantLe casque allemand

Articles similaires

Le non de Macron

0
Pas facile de trancher lorsque, au sein de son propre gouvernement, les partisans du « Oui » au Dry January se sont regroupés au côté d’Agnès Buzyn, Ministre de la Santé et ceux du « Non » unanimement rassemblés autour du ministre de l’Agriculture Didier...
Les dernières découvertes archéologiques révèlent que le vin aura été la première boisson créée par l’homme sur terre. Découvrez, à travers cette courte vidéo, quelques faits surprenants autour du vin et de son histoire. https://www.youtube.com/watch?v=eUT7cmy9Huc

Donald la menace

0
Le titre d’un épisode d’une série qui ne verra pas le jour… pour cause de concurrence anticipée. Ce n’est plus Donald Trump qui menace les 100 000 emplois de la filière viticole française, mais bien le confinement à l’échelle planétaire. Le...
Une nouvelle série sur Netflix autour et pour l’amour du vin. Le monde viticole, en ces temps d’incertitude et de grande angoisse, aura besoin de « brasser » dans toutes les cuves de la créativité s’il ne veut pas noyer son...

Du vin dans l’espace

0
On ne compte plus expériences spatiales. Après la volonté d’aller planter des vignes sur Mars (et noyer sa mélancolie dans le vin) on songe désormais à envoyer le meilleur millésime dans le vide sidéral. S’il est strictement interdit de consommer...

Partagez cet article

Posts récents

Israël : il y a 2600 ans, du vin à la vanille

0
C'est une découverte qui vient bousculer d'anciennes certitudes. Des résidus de vanille, une épice considérée comme inconnue jusqu'alors dans l'antiquité, aurait été trouvée dans des jarres à vin datant de 2600 années. Un vin...

Lactosérum : de la crèmerie à la distillerie

0
Dans le secteur des produits laitiers, le lactosérum (sous produit liquide après traitement du lait) peut devenir un problème économique de taille, notamment pour le recycler. Dans les productions à grande échelle, la transformation...

Articles populaires

28 dollars, prix d’une bière dans un aéroport new-yorkais

0
C'est la mousse de trop... A l'aéroport de LaGuardia, état de New-York, un voyageur en transit publie son ticket de caisse sur les réseaux...

Pour l’amour du risque et le bon goût du vin

0
Sachant qu’un vin n’est pas un produit destiné à être vieilli et que les processus chimiques liés au vieillissement du vin peuvent tout aussi...

Un pub sans bière, c’est comme Londres sans Big-Ben

0
Un conflit social pourrait engendrer une pénurie de bière au Royaume-Uni. La grève des chauffeurs de la principale entreprise de livraison menace en effet...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Recent comments